1921: Il était un début...

Dimanche 16 octobre 1921, l'été n'est plus là mais la pointe Pescade va connaître une affluence rarement égalée même dans les jours les plus caniculaires de la saison estivale. Ils sont venus de tout Alger assister à la naissance d'une légende. Et quelle légende?!

Cela fait exactement 16 jours que la nouvelle avait fait le tour de la ville. Des va-nu-pieds de musulmans ont osé l'impensable et monté un club de foot. Une première dans le pays. Et comme si cela ne leur suffisait pas, ils se sont  affilié à la Fédération Sportive Indépendante Nord-Africaine, une des trois fédérations qui régissaient le football à l'époque en Algérie (en plus de la Fédération Football Rugby et la Fédération Nord-Africaine de Football Association) et ont demandé à rejoindre la compétition. Une équipe musulmane lâchée seule face à une armada de troupe européennes, il ne fallait surtout pas rater cela.

L'enthousiasme était encore plus palpable du côté de la Casbah. Un porte-flambeau allait naître ce jour-là ouvrons de nouveaux horizons aux musulmans et défendant fièrement le droit de cette communauté à la pratique sportive, à la parole, tout simplement à exister. Le quartier était en ébullition. Entre ceux qui n'y croyaient pas du tout et vouaient l'entreprise de ces jeunes qui se disaient "mouloudéens" à l'échec, et ceux qui y voyaient la plus grande réalisation musulmane depuis la colonisation, les débats allaient bon train de tous les café maures sur la place d'Alger.

D'autant que ce Mouloudia devait faire son entrée en lice face aux riches rivaux de l'ouest. Ceux-là même qu'on appellera par la suite "pieds noirs". En effet, le MCA faisait son baptême de feu face à l'Elan Bab El oued. Tout un symbole. Musulmans contre chrétiens, pauvres contre riches, opprimés contre décideurs. La rencontre, même si elle comptait pour la 5eme division (3eme série), passionnait déjà par son cachet de Derby.

Pourtant, ce remue-ménage va épargner le domicile du principal intéressé. Chez les Aouf, l'évènement allait passer sous silence. Un silence forcé, car dans la tête et le coeur du papa du Mouloudia, ça bouillonne. L'homme a passé des mois à collecter des fonds pour mettre sur place son équipe. Il réussira à convaincre d'abord le propriétaire du café Fernadjia, M. Abdelkader DZIRI de participer à son projet signant ainsi le tout premier contrat de sponsoring du MCA et donnant l'exemple à d'autres bienfaiteurs à l'image de Braham Bachetarzi qui ne quittera plus jamais le Doyen. Mais le principal financier du club sera Aouf lui-même.

Ca bouillonne d'autant plus dans la tête du jeune adolescent qu'il n'est pas simplement le président du Mouloudia mais aussi son entraîneur. Celui qui avait minutieusement sélectionné les joueurs, les avait entrainé et motivé des heures durant et il allait rater la première sortie de son bébé. Mais pourquoi donc?

C'est Mouloud Djazouli qui nous en donne la réponse: "Hamoud (Abderrahmane Aouf ndlr) a dépensé un argent fou pour le Mouloudia. Son père voyant cela, le bloqua au lit et lui ordonna de ne plus sortir de la maison". Quel homme! Rien ne pouvait arrêter le jeune musulman dans son projet, pas même l'administration française qui avait plié en autorisant son association sportive à voir le jour. Rien, sauf le respect de son père. Donc pour ne pas désobéir à l'autorité paternelle, Abderrehmane Aouf fera une croix sur ce rendez-vous historique dont il avait rêvé tant de nuits ne privant pas ainsi ses camarades de leur entraîneur seulement, mais les mettant dans un bel embarras.

Il est 14h. Des masses d'européens et de musulmans s'entassent autour de ce qu'on appelait à l'époque "stade" Lussac à la pointe Pescade. Tous les regards sont portés sur le banc musulman. Mais aucune trace des joueurs du Mouloudia. Alors qu'en face, les joueurs de l'Elan de Bab El Oued en tenue officielle avaient déjà pris place, côté MCA un amas de gens qui se mêlait à la foule de supporters paraissait tellement perdu qu'on doutait que ce fût là la fameuse équipe du Mouloudia. Et pourtant!

Sonnés par l'absence de leur président et entraîneur, les mouloudéens découvraient sur place une surprise de taille. Leur équipement n'était pas arrivé. "C'était lui (Abderrahmane Aouf ndlr) qui détenait tous les équipements et quand le Mouloudia a dû jouer son premier match, les équipements n'étaient pas sur le terrain et il fallait jouer " dira encore Djazouli. Dépités, le joueurs du MCA n'en étaient pas moins conscient que ce qu'ils devaient rencontrer là ce n'était pas l'Elan de Bab El Oued mais l'histoire. Et il n'était pas question de la décevoir. C'est avec leurs propres vêtements et sans entraineur que les mouloudéens joueront leur premier match de l'histoire.

Il y avait sur le banc les gardiens Bouguetache H'mida et Djender Abderrehmane; les défenseurs Malik Mohamed et Meliani Hadj Mohamed; les latéraux Kouache Slimane, Alliche Youcef, El Ghers et Souiki; et les milieux et attaquants Saâdoune Allal, Djaout Ahmed, Sahnoune Rabah, Abdi Mohamed, Bencharif Mohamed et Hadjouri Sid Ali. 14 noms pour représenter tout un peuple qui n'a pas hésité à venir les acclamer.

Le MCA joue désorganisé,malgré la combativité de ses joueurs, il entame sa jeune carrière par une défaite cinglante. L'adversaire du jour, mieux équipé, mieux organisé, mieux rodé ne fera qu'une bouchée des musulmans. Un score sans appel: 8-0. Une défaite qui fera mal à tous les musulmans. Dès lors, de nouveaux sponsors. Ainsi Youssef Bel Redouane riche grossiste de Bab El Oued et Hadj Soufi propriétaire de la maison des dattes  se joindront à la partie. C'était une question d'honneur. Il fallait tout faire pour que le Mouloudia ne perde plus. Et tout faire commençait par apporter de l'argent et des équipements.

Et ceci donnera rapidement ses fruits. Pour le match suivant contre le Cercle Des Sport, le Mouloudia récupère son entraineur et ses équipements. Une surprise que Aouf avait réservé à ses poulains. Le MCA recevra pour la première saison de son histoire en maillot vert à col rouge et short blanc et se déplacera en maillot blanc et short vert. Les deux tenues sont flanquées à l'emplacement même du coeur du tout premier logo du club: Un croissant et une étoile rouges. A y voir de près, c'était déjà le drapeau Algérien avant même sa création. Ceci aura son effet. Les joueurs ne jouent plus pour le Mouloudia mais pour l'Algérie. Et peu importe que ce soit en cinquième division.

Le MCA inscrira le premier but de son histoire face au Cercle Des Sports et empochera son tout premier point en le forçant à la parité un but partout. L'appétit vient en mangeant dit-on, et les mouloudéens avaient extrêmement faim. Les rencontres suivantes seront l'occasion pour les Sahnoune et co d'inscrire plus de buts. Résultat: deux victoires consécutives face au GSR 2-1 puis face au RSV 2-0. Ce sont là les deux première victoires de l'histoire du club.

Le Mouloudia monte en puissance, et pour son match-revanche face à l'Elan de Bab El Oued, ses joueurs sortent le grand jeu et éblouissent le public. Le match se termine sur un score de 0-0, le MCA ne se vengera pas pour les musulmans mais les honorera en terminant 3eme de sa ligue et en  accédant dès sa première saison à la division supérieure: La 2eme série. Mais ça, c'est une autre histoire qu'on vous racontera bientôt.

A suivre...